Le Gui (viscum album): parasite toxique ou roi des guérisseurs ?

Le Gui (Viscum album)

Il n’est personne qui ne connaisse le Gui (viscum album), plante des druides et médicinale par excellence depuis la nuit des temps. En effet ce parasite extraterrestre est depuis longtemps symbole de prospérité et de longévité. De toute la plante, c’est la baie qui est la plus toxique tandis que ses tiges et feuilles servent à faire des préparations pour réguler la tension notamment. Les propriétés hypotensives du Gui sont mises à profit dans l’hypertension et l’artériosclérose avec leurs diverses manifestations , céphalées, migraines, vertiges, oppression, gêne cardiaque etc… Ce sont souvent les feuilles qui sont utilisées pour faire baisser la tension. La macération des feuilles dans de l’eau ou du vin, ou l’ingestion de poudre de feuilles est préférée à d’autres méthodes.

La « viscum-thérapie »: se soigner avec des injections de gui fermenté et ultracentrifugé

Saviez vous, qu’en Allemagne et en Suisse, le Gui est utilisé avec succès pour soigner certains cancers selon la méthode dite de la « viscumthérapie », inventée en Suisse par Rudolf Steiner et actuellement appliquée dans de nombreux pays européens (les médecins  utilisent ses extraits sous forme fermentée injectable). Ces injections ont, entre autre, un effet dynamisant et euphorisant surtout dans les concentrations faibles.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *